Clinique du dos

L'école du dos et la préventions des douleurs rachidiennes

Auteur : Jean jacques POMATTO

Interventions en entreprise " INTERMARCHE "
Rapport d'activités
Années 1997/1998

--------------------------------------------

Objectif de l'intervention
Sensibilisation et apprentissage des gestes préventifs susceptibles de lutter contre le mal au dos et les troubles musculo squelettiques associés.

DÉROULEMENT DE LA FORMATION
1 - Mise en évidence des problèmes rencontrés
a/ Théorique
b/ Pratique
2 - Notions théoriques d'anatomie et physiologie
3 - Techniques gestuelles ; Apprentissage des gestes postures
---------------------------------------------

1- a/ A l'aide de questionnaires remplis par les participants dès la 1ère séance nous avons pu analyser la population de salariés qui nous a été confiée et nous avons noté
- le nombre de personnes ayant déjà ressenti des douleurs rachidiennes
- la localisation de ces douleurs
- leur durée
- leur intensité
- le retentissement sur la vie professionnelle, familiale et les loisirs.

L'analyse de ces réponses a montré :
- 25 à 30 % de la population interrogée a souffert ou souffre de douleurs rachidiennes.
- la localisation est en majorité
lombaire pour le personnel affecté aux tâches de manutention
cervico scapulaire pour les hôtesses de caisse
- le retentissement sur la vie professionnelle ou familiale est variable suivant les individus mais la grande majorité avance le fait que ces douleurs augmentent au travail (port de charges trop lourdes, position inconfortable et (ou) maintenues longtemps.

1 - b/ Un autre questionnaire basé sur la représentation imagée de 10 activités quotidiennes a permis d'évaluer le niveau de connaissance des participants quant à la bonne et à la mauvaise gestuelle rachidienne.
- 70 % des réponses obtenues sont satisfaisantes ce qui permet de penser (de prime abord) que la majorité des participants ont une bonne connaissance théorique de certaines règles de protection
- Par contre, la perspective de mettre en pratique et d'apprendre concrètement ces gestes préventifs a soulevé un certain scepticisme voire même certaines réticences. Pour beaucoup ces règles sont à priori, impossibles à mettre en pratique :
- "par faute de temps"
- "parce qu'il faut toujours faire vite"
- "et puis on ne peut pas toujours y penser"
(principales allégations rencontrées).

2 - a/ La deuxième partie de notre formation a consisté à faire réaliser concrètement et à chaque participant un certain nombre d'actes de la vie quotidienne et professionnelle afin de leur faire découvrir leurs propres habitudes gestuelles
- nous avons pu mettre en évidence que :
80 % des personnes présentes méconnaissent leur dos et l'utilisent mal
elles sont incapables de corriger spontanément une mauvaise attitude
- ce constat "vécu" nous permet de sensibiliser davantage le personnel sur les conséquences à court terme mais aussi à long terme d'une mauvaise utilisation rachidienne.

2 - b/ Dès lors, l'utilisation d'un rachis articulé et quelques notions théoriques simples de physiologie et d'anatomie ont permis de mieux comprendre des notions comme :
les contraintes excessives
les tensions excessives
les principes d'économie rachidienne
La manipulation du rachis articulé par les participants eux mêmes leur a permis de comprendre plus concrètement les conséquences mécaniques de telle ou telle position.

2 - c/ La formation pratique avec prise de conscience corporelle, exercices de contraste, apprentissage des gestes et postures (pour soulever, déposer, lever, coucher...) ont permis aux participants à travers leur vécu d'appréhender en quelque sorte certaines notions comme :
- le confort articulaire
- le confort musculaire
- l'économie gestuelle
- l'interdépendance des articulations
- la notion de mobilité, de stabilité.

En conclusion
A l'issue de la formation, chaque participant est amené à s'auto-évaluer quant à ses connaissances théoriques et pratiques et doit pouvoir répondre à la question "concrètement qu'est-ce qui a changé ?".

La majorité du personnel formé s'est montré intéressé et tout à fait capable à la fin de la formation de réaliser les gestes enseignés et de se les approprier.

Le travail, essentiellement pratique basé sur la découverte de nouvelles perceptions corporelles et la mise en place de nouveaux gestes, de positions plus justes, plus efficaces sans risques, va bien dans le sens de la prévention des maux de dos que nous nous étions fixé.

L'application est concrète, immédiate et conserve un caractère assez général pour que les personnes puissent l'adapter aux diverses situations de leur vie aussi bien professionnelle que familiale tout en leur faisant percevoir leur rôle actif dans cette action de prévention.

Il faut toutefois noter que la déperdition de notions acquises est inévitable si elle n'est pas entretenue dans le temps. Seule, la répétition du message et la modification des gestes en fonction des réactions observées peut en péreniser les effets.

Le plan d'action adéquat suppose un programme qui s'inscrit sur plusieurs mois, plusieurs années, les actions ponctuelles n'ayant qu'un effet transitoire.

Haut de page

Liste des praticiens | Liste des travaux

Accueil | Plan du site | Mentions légales | Actualit├ęs m├ędicales | © 2006 - 2009